Auteur : anders.marell

Traitement des données écologiques – l’accueil d’un stagiaire de master

Lisa THIRIET, est arrivée le 13 janvier 2014, en qualité de «stagiaire MASTER II», au Centre de Nogent – équipe «Fona» pour une durée de 6 mois.

Elle participera à la tâche 3 du projet DYSPERSE. Elle est chargé de faire les analayses préliminaires du jeu de données sur la structure, la composition et la diversité des communautés végétales et d’oiseaux sur points de relevés de la campagne de terrain 2013. Cela pour tester des hypothèses sur les cascades trophiques liées au niveau de densité d’ongulés sauvages. Les activités confiées comporteront des analyses de données et des analyses scientifiques. S’en suivra une réflexion sur les résultats obtenus.

Polémique sur les clôtures et la protection des lions en Afrique

La question de clôturer l'espace naturel pour protéger et préserver les populations de lion en Afrique divise les scientifiques dans deux camps: ceux qui sont pour et ceux qui sont contre.

Cette polémique fait suite à une étude scientifique par Craig Packer et collègues, parue cette année dans la revue scientifique Ecology Letters. Les auteurs de l’article présentent des résultats qui montrent que la densité des populations de lion est plus élevée dans les espaces protégés par des clôtures, et cela à moindre coût, que dans les espaces non-protégés.

Dans une réponse à cet article, Creel et collègues ont ré-analysé les données et mettent en avant que d’autres facteurs écologiques et économiques devraient être pris en compte, surtout dans un contexte de conservation de la nature où l’objectif principal n’est pas seulement la conservation des lions mais celle de l’écosystème dans son ensemble.

 

En savoir plus:

Watson, T. 2013. Fences divide lion conservationists. Nature 503:322-323. http://www.nature.com/news/fences-divide-lion-conservationists-1.14207

Packer, C. et al. 2013. Conserving large carnivores: dollars and fence. Ecology Letters 16:635-641.doi: 10.1111/ele.12091

Creel, S. et al. 2013. Conserving large populations of lions – the argument for fences has holes. Ecology Letters 16:1413-e3. doi: 10.1111/ele.12145

Packer, C. et al. 2013. The case for fencing remains intact. Ecology Letters 16:1414-e4.doi: 10.1111/ele.12171

Relevés écologiques – Campagne de terrain 2013 terminée

 

Bilan des données sur la flore et l’avifaune pour le projet DYSPERSE

Nous avons effectué des relevés de flore et d’oiseaux sur 15 propriétés en Sologne lors de la campagne de terrain 2013. Au total nous avons visité 75 points, répartis en 5 points par propriété dans des peuplements forestiers à dominance de feuillus ou de résineux. Sur ces points, nous avons observé 226 espèces de plantes vasculaires et 56 espèces d’oiseaux, dont 45 espèces d’oiseaux dans le rayon de 70 m (cf. protocole ci-dessous). En moyenne, nous avons observé 32,5 espèces de plantes vascularies et 8,4 espèces d'oiseaux par point. Les données vont être communiquer dans les jours qui suivent aux propriétaires qui ont participé à l'étude.

Bien que l’objectif principal des relevés écologiques n’était pas de réaliser un inventaire exhaustif de la biodiversité sur les différentes propriétés (cf. protocole ci-dessous), nous avons pu observer quelques espèces rares et/ou emblématiques. Selon la classification des espèces menacées de la région Centre (Cordier 2010), nous avons observé une espèce de plantes dans la catégorie « En danger (EN) », quatre espèces de plantes dans la catégorie « Vulnérable (VU) » et douze espèces de plantes dans la catégorie « Préoccupation mineure (LC) ». Nous avons aussi observé 15 espèces déterminantes ZNIEFF (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique). Les espèces dites déterminantes ZNIEFF sont des espèces considérées comme remarquables pour la biodiversité, ou menacées et jugées importantes pour la détermination d'un habitat naturel (CBNBP 2013).

Ces relevés ont aussi permis d'améliorer la connaissance de la répartition des espèces de plantes vasculaires et d’oiseaux en Sologne. Par exemple, dans nos relevés de flore, en moyenne 15% des espèces observées n’ont pas été mentionné à l’échelle des 19 communes visitées (cf. Tableau 1 ci-dessous).

 

Tableau 1. Nombre de relevés et d’espèces de plantes vasculaires par commune observés lors de la campagne de terrain pour le projet DYSPERSE, et contribution du projet DYSPERSE aux connaissances sur la répartition des espèces de plantes vasculaires en Sologne (nombre d’espèces observées et non-mentionnées à l’échelle de la commune dans la base de données du Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien (CBNBP/MNHN) (CBNBP 2013).

    Source CBNBP   Projet DYSPERSE
Commune Département

Nb

espèces

Nb espèces

(post 1989)

 

Nb

relevés

Nb

espèces

"Nouvelles"

espèces

Allogny Cher (18) 656 523   2 38 0
Brinon-sur-Sauldre Cher (18) 487 467   10 107 11
Chaumont-sur-Tharonne Loir-et-Cher (41) 444 430   4 54 6
Cléry-Saint-André Loiret (45) 256 246   4 87 38
Dry Loiret (45) 466 454   3 70 15
Jouy-le-Potier Loiret (45) 462 448   1 29 2
La Ferté-Saint-Cyr Loir-et-Cher (41) 407 401   2 48 1
Marcilly-en-Gault Loir-et-Cher (41) 335 314   1 15 3
Ménétréol-sur-Sauldre Cher (18) 400 384   5 101 22
Mézières-lez-Cléry Loiret (45) 297 296   2 61 13
Millançay Loir-et-Cher (41) 459 448   4 46 1
Nançay Cher (18) 489 481   4 78 11
Nouan-le-Fuzelier Loir-et-Cher (41) 510 505   6 51 3
Orçay Loir-et-Cher (41) 312 298   4 85 25
Saint-Viâtre Loir-et-Cher (41) 490 480   3 43 5
Theillay Loir-et-Cher (41) 483 465   2 56 6
Tigy Loiret (45) 400 352   5 65 14
Villeny Loir-et-Cher (41) 316 314   3 73 21
Vouzeron Cher (18) 491 491   8 113 12

 

L’échantillonnage et la représentativité du jeu de données

L’objectif des relevés écologiques est de faire un recensement de la biodiversité ordinaire afin d’obtenir une image représentative des espèces de flore et d’avifaune caractéristiques des peuplements à dominance de feuillus et de résineux sur les propriétés inventoriées. L’objectif n’est pas d’effectuer un inventaire exhaustif de la diversité des milieux et des espèces présentes sur la propriété.

Nous avons installé cinq points de relevés par propriété selon un échantillonnage aléatoire stratifié. Ce protocole d’échantillonnage consiste en un tirage au sort des points sur la propriété selon un certain nombre de critères :

  • Peuplements forestiers d'âge mature
  • Peuplements feuillus ou résineux (en règle générale, 3 peuplements feuillus et 2 résineux par propriété)
  • Distance de 200 m minimum entre les différents points de relevés
  • Distance de 50 m minimum par rapport à la lisière ou à un chemin

Le recensement de la flore et de l’avifaune se réfère à une seule année et ne prend donc pas en compte la variabilité interannuelle. La variabilité interannuelle des conditions climatiques peut favoriser le développement de certaines espèces par rapport à d’autres et peut faire en sorte que certaines espèces ne s’expriment pas ou s’expriment très peu d'une année sur l'autre.

Les relevés de flore consiste en un inventaire de toutes les espèces de la flore vasculaire inférieures à 2 m de hauteur dans un rayon de 17.84 m autour du piquet central (équivalent à une surface de 1 000 m2) et à en évaluer l’abondance. L’effort de recherche a été chronométré et contenu entre 30 et 45 minutes. La campagne de terrain de 2013 s'est déroulée entre le 18 juin et le 10 juillet, qui correspond à la période de l’année où le plus grand nombre d’espèces de plantes sont détectables. Elle a permis d’obtenir une bonne appréciation de la flore locale et de sa diversité. Cependant, certaines espèces printanières étaient déjà fanées à cette époque de l’année et certaines espèces automnales n’avaient pas encore commencé à pousser.

La campagne de terrain de 2013 pour les relevés d’oiseaux s'est déroulée sous forme de deux passages de « points d’écoute » de 10 minutes chacun avec le premier passage entre le 23 avril et le 2 mai pour recenser les nicheurs précoces (notamment les oiseaux sédentaires et hivernants en Europe de l’Ouest) et le deuxième passage entre le 29 mai et le 7 juin pour les nicheurs tardifs (notamment les migrateurs transsahariens). Un point d’écoute consiste à compter tous les oiseaux vus ou entendus (sauf les oiseaux en vol direct de passage) dans un rayon de 70 m pendant une durée de temps fixe (10 minutes) et à estimer la distance à chaque oiseau détecté.

 

Références

  • CBNBP, 2013. Base de données "Observatoire des collectivités territoriales" de la Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien. Consulté le 12 septembre 2013. http://cbnbp.mnhn.fr/cbnbp/
  • Cordier, J. 2010. Liste des espèces menacées de la flore de la région Centre. Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien, UMS 2699, Unité Inventaire et suivi de la biodiversité, Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris, France, 166 p.

 

Numéro spécial Forêt-entreprise « Les cervidés en forêt : concertation pour un nouvel équilibre »- n° 210 Mai 2013

En mai dernier, la revue Forêt entreprise a publié un numéro spécial sur l'équlibre forêt-gibier: « Les cervidés en forêt : concertation pour un nouvel équilibre ». Consultez en ligne le sommaire ainsi que des extraits du numéro spécial de Forêt entreprise

Les organismes suivants ont participé à ce numéro spécial : l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), le Centre national/régional de la propriété forestière et l’Institut pour le développement forestier (CNPF/CRPF-IDF), la Fédération nationale des chasseurs (FNC), l’Office national des forêts (ONF) et Irstea, centre de Nogent-sur-Vernisson (UR EFNO).

L'équipe d'Irstea du projet DYSPERSE a contribué à la rédaction de 5 articles dans ce numéro spécial.

  • « L’équilibre forêt-cervidés en questions ? », page 6 (Philippe Ballon)
  • « Diagnostics et suivis de l’impact des ongulés sur la régénération et la flore forestière », page 18 (Jean-Pierre Hamard, Anders Mårell)
  • Fiche « Avantages et inconvénients des indicateurs d’équilibre sylvo-cynégétique », page 23
  • « L’expérience de l’observatoire de l’équilibre cerf-forêt du massif du Donon », page 38 (Jean-Pierre Hamard)
  • « Revue des modalités de gestion des populations d’ongulés sauvages en Europe », page 56 (Philippe Ballon)

Installation des placettes de flore et d’oiseaux

Nous sommes actuellement en phase d'installation des placettes de flore et d'oiseaux dans les forêts de propriétaires qui ont eu la gentillesse d'accepter de participer au projet. A ce jour, nous avons installé 65 placettes. Il ne nous reste que 35 placettes à installer avant d'atteindre notre objectif de 100 placettes. Les placettes sont marquées par un piquet central en bois. Trois arbres autour du piquet ont reçu un point de peinture bleu.

Le premier passage pour les relevés d'oiseaux va commencer d'ici quinze jours et le deuxième passage est prévu pour fin mai et début juin.

Les relevés de flore se dérouleront de fin juin à début juillet.

[Compte Rendu] Réunion de lancement du programme Dysperse, 30 nov 2012, Ligny-le-Ribault

La réunion de lancement de DYSPERSE s'est tenue en soirée vendredi 30 novembre 2012 dans la salle polyvalente de Ligny-le-Ribault. Une quarantaine de personnes, dont huit personnes du projet DYSPERSE, se sont réunies pour échanger sur ce projet de recherche qui vient de démarrer. La réunion était animée par Yves Froissart, médiateur environnemental du cabinet Trans-Formation Consultants. Yves Froissart est partenaire du projet, il est notamment responsable de la tâche 5 du projet qui vise à mettre en place un processus de concertation autour de l'engrillagement en Sologne, de ses effets sur le milieu forestier et sur les services rendus à l'homme.

 

Christophe Baltzinger, le coordinateur du projet, a présenté les enjeux, les objectifs et les différentes tâches du projet. Lors de la présentation, les différents partenaires et les personnes impliquées dans le projet se sont présentées.

Notamment, Philippe Ballon, responsable de l'équipe FONA (Forêt, ONgulés et Activités humaines) à Irstea, a insisté sur le caractère stratégique du projet DYSPERSE pour l'implication des chercheurs d'Irstea en région Centre. Il a rappelé l'étude menée en Sologne de 2005 à 2007 sur l'équilibre forêt-cervidés dans le massif du Cosson, cette étude traitait de l'impact des cervidés sur le renouvellement des taillis après exploitation. Il en a profité pour souligner l'accueil très favorable manifesté par les propriétaires forestiers concernés.

 

Le calendrier général du projet:

  • Hiver 2012/2013: Démarrage du projet
  • Période de chasse 2012/2013 & 2013/2014: Prélèvements pour analyses génétiques (Tâche 2)
  • Printemps 2013: Enquêtes semi-directives (Tâche 4)
  • Printemps 2013: Installation des placettes et relevés d'oiseaux (Tâche 3)
  • Etés 2013 & 2014: Relevés de flore (Tâche 3)
  • 2014-2015: Analyses et communication des résultats (Tâche 5)

 

 

Dossier spécial « Chasser en enclos », le Saint Hubert sep/oct 2012

Un dossier spécial de la revue du Saint Hubert, numéro 103, séptembre/octobre 2012, est dédié à la chasse en enclos. Avec les articles suivants:

  • "Espace ouvert, espace fermé : des chasses complémentaires", pages 14-15.
  • "Chasser en milieu fermé ou ouvert", pages 24-28.
  • "Pour ou contre la chasse", pages 33-34.
  • "Sologne, faut-il mettre fin à l'épidémie des clôtures ?", pages 35-37.

 

Les ongulés sauvages – vecteurs de dissémination des plantes à l’échelle du paysage

Dans un article récent apparu dans la revue scientifique "Plant Ecology and Evolution", Picard et Baltzinger ont étudié le rôle que jouent les ongulés sauvages en tant que vecteurs de dissémination des plantes. Les deux chercheurs ont scrupuleusement cherché des graines transportées involontairement par les animaux dans leur pelage ou dans leurs sabots. lls ont étudié des animaux tués à la chasse pour les trois espèces d'ongulés sauvages de plaine les plus communes en France : le cerf élpahe, le chevreuil et le sanglier.

Les chercheurs ont trouvé une très grande diversité d'espèces de plantes dans le pelage et dans les sabots des animaux étudiés. Ils ont montré que ces animaux ne transportent pas seulement des graines avec des adaptations évolutives à l'épizoochorie (le transport externe des graines par des animaux) telle que les crochets ou des aiguillons conçus pour s'accrocher aux poils des animaux, mais également des graines d'espèces de plantes connues pour être disséminer par d'autres moyens (par exemple par le vent ou par l'eau).  Ils ont également démontré que le sanglier transportait plus de graines que le cerf élaphe et le chevreuil à la fois en quantité, en richesse et en diversité d'espèces de plantes. 

Pour lire l'article: http://dx.doi.org/10.5091/plecevo.2012.689

 

[Annonce] Réunion de lancement du programme Dysperse, 30 nov 2012, Ligny-le-Ribault

Les membres du programme Dysperse organisent une réunion de lancement ouvert à tout public le Vendredi 30 novembre 2012 de 20h00 à 22h30  à la salle polyvalente de Ligny le Ribault.

Dysperse1 est un programme de trois années pour mieux comprendre à l'échelle de la Sologne l'effet des clôtures sur les populations de grands ongulés sauvages et, indirectement, sur les milieux naturels et les "services" que ces milieux naturels rendent aux activités humaines comme la forêt, la chasse, le tourisme …

Nous souhaitons collaborer étroitement avec vous-mêmes et les divers acteurs impliqués en Sologne, propriétaires, acteurs et responsables de diverses activités concernées par l'objet de ce programme, c'est pourquoi nous vous invitons à la

Réunion de lancement du programme Dysperse

 Le Vendredi 30 novembre 2012 de 20 heures à 22h30

À la Salle polyvalente de Ligny le Ribault

Place du 11 Novembre

45240 LIGNY LE RIBAULT

Ce travail sera conduit sous la responsabilité de l'institut de recherche Irstea de Nogent sur Vernisson (anciennement CEMAGREF), organisme qui a déjà effectué un travail de recherche en Sologne sur l'équilibre Forêt-Cervidés dans le massif du Cosson (travaux publiés en 2007).

Dysperse associe divers partenaires : l'université d'Orléans (Cedete), le bureau d'études Biotope, le laboratoire CEFS de l'INRA de Toulouse, l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et le cabinet Trans-Formation Consultants qui a animé pour le compte du Pays Grande Sologne un travail en concertation sur les clôtures en 2011. Dysperse est financé par le Conseil Régional et l'Etat. Il est en lien avec divers autres sujets en rapport avec la continuité écologique des habitats naturels comme la Trame Verte et Bleue.

 Dans le souhait de nous rencontrer prochainement à l'occasion de cette réunion, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à l'expression de nos salutations distinguées.


1DYnamique SPatiale et temporelle de l'EngRillagement en Sologne et Services Ecosystémiques

 

 

Les clôtures en Sologne, radio MEGA FM

Christophe Baltzinger (Ingénieur-Chercheur, Irstea) et Yves Froissat (Consultant et Formateur, Trans-Formation Consultants) du projet DYSPERSE et Patrice Martin-Lalande (président du syndicat mixte du Pays de Grande Sologne) ont participé le 21 septembre 2012 à l’enregistrement de l’émission radio « la Sologne, terre d’identité et de qualité » dans le magazine éco-innovation en Grande Sologne de MEGA FM (radio locale qui diffuse sur le Loiret et le Loir et Cher)  – Le sujet était les  « clôtures », sujet en lien avec le projet Dysperse. L'emission a été diffusée vendredi 5 octobre et vous trouverez ci-dessous le lien pour l’écouter (durée : 30 mn).